Quel est le salaire d’un avocat en Suisse ?

La profession d’avocat en Suisse est une profession de spécialisation et d’éducation. Les avocats ont joué un rôle très important dans l’évolution du droit au cours des siècles. Depuis très longtemps réservés au classes supérieures, l’accès à la profession d’avocat s’est démocratisé au fil du temps et permet dorénavant au plus petit d’exercer cette prestigieuse profession. Trouvez dans cet article, quelques détails sur la profession d’avocat et son salaire en Suisse.

Le salaire d’un avocat en Suisse

Généralement le salaire d’un avocat dépend de la façon dont l’entreprise est exercée. L’activité peut être exercée à titre d’avocat indépendant, d’avocat salarié ou d’avocat associé.

Lire également : Article L1221-25 du Code du travail : explication de l'article de loi

Avocat salarié

L’avocat salarié est particulièrement employé par un cabinet d’avocats et reçoit un salaire mensuel qui évolue au fil des années. La fédération des avocats suisse a vivement calculé qu’en 2017, le salaire annuel moyen d’un avocat salarié était de CHF 134’000. Ce chiffre reste en effet peu représentatif, car il s’agit d’une moyenne. En effet, le salaire d’un avocat suisse varie généralement en fonction de son ancienneté, du canton et de la taille de l’entreprise. La plupart des cabinets font don d’une partie de leurs bénéfices à leurs avocats salariés en prime pour le travail qu’ils ont accompli.

Avocat associé

L’avocat associé est à la fois un actionnaire et un employé d’un cabinet d’avocats en Suisse. Cette société est généralement composée de plusieurs partenaires. Cependant, l’avocat associé reçoit deux types de rémunération. Il reçoit un salaire et ensuite une partie des bénéfices de l’entreprise tout ceci en fonction des droits et des actions qu’il détient dans l’entreprise. Ici, les différents revenus sont très variés et dépendent de la taille de l’entreprise et de la taille de la clientèle.

A voir aussi : Quelle démarche pour publier une annonce légale ?

Avocat indépendant

L’avocat indépendant exerce particulièrement dans le cadre d’une étude individuelle. L’avocat indépendant peut exercer par l’intermédiaire d’une entreprise ou d’une entreprise individuelle. Dans les deux cas, il affecte la totalité de tous les bénéfices puisqu’il est propriétaire unique de l’entreprise individuelle ou actionnaire unique de la société. Il a la possibilité de recruter des avocats salariés qui vont recevoir des salaires fixes. De même, les gains de l’indépendant avocat dépendent de son volume de travail.

Vous devez savoir également qu’une entreprise à des frais d’exploitations tels que le loyer et le salaire du personnel qui réduisent nécessairement les bénéfices. Selon la fédération suisse des avocats, les frais d’exploitations couvrent en général plus de la moitié des honoraires d’un avocat. Les revenus des avocats indépendants et associés sont en moyenne supérieurs contrairement au salaire d’un avocat collaborateur. Mais le risque en cause est plus élevé ( le montant des clients, la responsabilité professionnelle des cabinets et les frais d’exploitations).

Les qualifications requises pour devenir avocat

Plusieurs qualités sont exigées pendant l’étude de droit, puis pendant l’exercice de la profession juridique.

Pendant les études, il est très important et avantageux de travailler très dur et d’avoir une bonne mémoire, d’être logique et très méticuleux. Beaucoup de personnes pensent à tort qu’il suffit juste d’apprendre par cœur, ce qui est une très grave erreur. Pendant l’exercice de la profession, ces différentes qualités sont bien sûr toujours utiles, mais parfois encore très insuffisantes. Il est très utile de développer un certain rublardise et ensuite d’exceller dans la négociation pour être un très bon avocat.

S’installer et exercer en Suisse : avocat étranger

Il est vraiment possible pour un avocat étranger de s’installer et exercer en Suisse. Il n’existe pas de démarche particulière ou une représentation ponctuelle pour exercer en Suisse mais un exercice permanent de la profession d’avocat nécessite vivement un certain nombre de formalités. L’avocat étranger doit forcément obéir aux dispositions de l’article 27 et suivant la loi fédérale sur la libre circulation des avocats (LLCA). Ces dispositions concernent généralement les avocats ressortissants des différents États membres de l’UE et de l’AELE.